A la une

  • Nouveauté technique

    Un disque de frein anti particules chez Bosch

    -*+L’iPhone a révolutionné le smartphone. Bosch espère en faire de même pour le disque de frein, avec l’i-Disc. Mis au point par sa filiale Buderus Guss, ce disque réduit de […]

  • Services

    Carte grise en ligne : déjà un business

    -*+A partir d’aujourd’hui, toutes les démarches pour un certificat d’immatriculation (VN, VO, perte, changement d’adresse) se feront en ligne et non plus aux guichets des préfectures. L’administration conseille de créer un […]

  • Services

    Allo Joe : des mécaniciens à domicile

    -*+Vous êtes mécanicien indépendant et vous cherchez à augmenter vos revenus ? Vous serez peut-être intéressé par la start-up Allo Joe. Elle a mis en place dans la région nantaise une […]

  • Actualités Equipements

    Bosch se lance dans la calibration de caméras pour ADAS

    -*+Afin d’aider les réparateurs à traiter les véhicules équipé d’aides à la conduite, le groupe a conçu une gamme complète d’outils performants pour un contrôle et une calibration précise et rapide […]

Fabrice Godefroy : « Nous voulons faire reconnaître le savoir-faire des dieselistes et lutter contre les idées reçues »

Président de l’association Dieseliste de France, le Directeur Général du groupe IDLP* revient sur les Etats généraux du diesel qui ont eu lieu début avril et qui avaient pour vocation à démystifier les polémiques récurrentes sur la pollution.

 

Quel bilan tirez-vous de cette manifestation ?

Nous voulions à la base faire une grande journée sur le thème de la gestion moteur pour les spécialistes. Le fil rouge était en effet la partie diesel, car on entend beaucoup de choses, et en particulier des idées reçues qui ont dix ans de retard. Le diesel est diabolisé, alors qu’il est dépollué aujourd’hui. C’est pour cette raison que nous avons demandé aux équipementiers de venir faire un salon high-tech afin de présenter leurs nouveautés techniques. Les 800 professionnels qui étaient présents, dont des garages, des dieselistes, des grossistes et des exploitants de flottes, ont pu ainsi constater que des progrès avaient bien été réalisés. Nous avons voulu aussi rétablir les faits à travers une table ronde d’experts. L’objectif était de rassurer les professionnels, qui ne sont ni des experts en toxicologie, ni en communication.

Et le message est passé ?

Les pics de pollution ont contribué à faire du buzz. Nous avons donc été sollicités, tant par la presse professionnelle que par des médias grand public. C’est maintenant aux professionnels de relayer les messages. Nous leur proposons un site moderne et un lien vers les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, Dailymotion et YouTube.

 

Pourquoi avoir monté une association visant à regrouper les dieselistes ?

Ces experts ne sont pas connus, ni reconnus par le grand public. Or, ils sont 400 en France et sont des experts pour la réparation et l’entretien des véhicules diesel, anciens comme modernes. Si je devais faire le parallèle, c’est un peu comme les spécialistes par rapport à un médecin généraliste. Ce n’est pas un métier facile, car la technologie évolue vite et il faut à la fois se former et s’équiper. Sous-traitant des garages, les dieselistes ont besoin d’être valorisés. Nous avons à ce jour une cinquantaine d’adhérents. L’objectif est d’arriver à une centaine en fin d’année.

Tous les spécialistes en conviennent, le diesel a fait des progrès. Mais, ses performances peuvent se dégrader dans le temps. Soutenez-vous par exemple la démarche d’éco-entretien ?

Evidemment. La société Spheretech, qui a mis au point un outil d’analyse 5 gaz pour mesurer la pollution des véhicules diesel, était présente aux Etats Généraux. Yves Riou, Délégué Général de la FEDA est également intervenu sur ce sujet lors de la table ronde des experts. Il faut éviter les dérives et faire en sorte que le contrôle technique évolue pour prendre en compte les émissions polluantes.

Quelles solutions peuvent être déployées pour assainir le parc roulant ?

Il existe des solutions de rétrofit avec des équipementiers spécialisés. Cela se fait en Angleterre, en Allemagne et au Danemark par exemple. Une société comme Eminox a par exemple équipé 7500 véhicules en France, dont 4000 bus de la RATP. Ces équipements sont plus destinés aux bus et aux poids-lourds. Il faut compter un investissement de 5 000 € pour l’installation de cet équipement. Pour les véhicules légers anciennes générations, la solution existe mais son coût est d’environ 500 euros. C’est un investissement qui mériterait un coup de pouce de l’Etat. Si les pouvoirs publics voulaient vraiment dépolluer le parc existant des voitures de plus de 10 ans, diesel comme essence, il faudrait mettre en place une sorte de prime à la casse. Pour notre part, à IDLP, nous réfléchissons au rétrofit.

*Un groupe familial, spécialisé dans les ateliers mécaniques (et en particulier le diesel) et la distribution (produits mécaniques, freins, filtration), qui réalise 115 M d’euros de chiffre d’affaires et emploie 450 personnes.

Ajouter un commentaire

*
* (ne sera pas publié)

Articles les plus populaires

Shares